Pensée du jour #4 : trouver une fin, une finalité ?

Je ne sais pas comment cela se passe pour les autres écrivain•e•s, mais trouver une fin à une histoire n’est jamais une évidence pour moi. Il me faut faire couler beaucoup d’encre et de sueur pour qu’enfin une issue se profile. Et bien souvent, ces prétendues fins ne sont que des ouvertures : sur de nouvelles contrées à explorer, de nouveaux personnages à découvrir, de nouvelles aventures à vivre…

En y réfléchissant bien, je m’aperçois qu’en fait je n’aime pas ça, les fins. Voilà sans doute l’une des raisons qui expliquent que je sois si piètre novelliste et que toutes mes nouvelles deviennent les préquelles de nouveaux projets.

Je suis persuadé que si l’Auteur en moi éprouve tant de difficultés à trouver des fins à ses histoires, c’est parce qu’une part de la personne que je suis dans la vie (appelons là Le Penseur, ou Le Mystique selon les points de vue) a du mal à concevoir que les choses puissent en avoir une. Tel Rabastan, le nécromancien héros de ma saga d’urban fantasy Corps & âme, je pense que jamais rien ne disparaît tout à fait, que jamais rien ne se crée, mais que tout se transforme. Les choses ont l’air de disparaître, car on ne les retrouve plus sous l’apparence qu’on leur a toujours connue, mais elles survivent sous une autre forme. (Oserais-je vous parler des dinosaures qui, malgré une idée très répandue, vivent encore tout autour de nous – mais si, les oiseaux –, ou vous saturez de me voir parler de dinosaures sur ce blog ?).

Ainsi, je crois en l’immortalité de l’âme et au cycle des réincarnations. Ma découverte des romans de Bernard Werber a d’ailleurs largement contribué à renforcer mes convictions à ce sujet. Au point que je ferai volontiers passer Pour moi la vie va commencer le jour de mes funérailles, mais je doute que la blague soit du goût de tout le monde.

Lorsque j’y regarde de plus près, je me rends compte que mon aversion du concept de fin se niche même dans les replis intimes de ma vie ; lorsque j’ai aimé quelqu’un, qu’importe le nom que les conventions sociales donnent à cet amour, je lui garde mon affection, sans considération des circonstances qui ont vu nos chemins se séparer, et il faudrait vraiment me faire la crasse du siècle pour la faire cesser. Une capacité qui me vaut tour à tour l’admiration et l’incompréhension de mes semblables, surtout lorsque l’on parle de mes ex (quel horrible mot que celui-ci !), mais ce qui s’applique à mes relations sentimentales s’applique aussi à mes relations amicales et professionnelles. Rares sont les gens avec lesquels je décide sciemment de rompre le contact. Même si je demeure parfois longtemps sans donner de nouvelles, car je suis absorbé dans mes projets et dans le quotidien, les liens tissés continuent à vibrer dans mon cœur dans l’infinitude de la courbe de Chronos.

Puisque les choses sont ainsi dans ma vie, il me paraît logique qu’elles empruntent le même chemin dans ma pratique de l’écriture. Ainsi, pour quiconque me lit, mon univers semble ne jamais devoir connaître de fin. Quasiment tous mes textes sont indépendants les uns des autres tout en étant aussi tous interconnectés… Et chaque nouvel élément trouve un jour sa place dans ce grand puzzle. Les liens entre les différents événements et personnages émergent d’eux-mêmes au fil de la rêverie, et je n’ai plus qu’à les consacrer par l’acte d’écriture.

En fait, outre la peur de « rater ma sortie », je crois que si je dois déployer tant d’efforts pour trouver des fins à mes histoires, c’est parce que j’estime que l’existence de nos personnages ne s’arrête pas au dernier mot du livre, quand l’œil des lecteurs•trices s’arrête sur le point final. Sauf si l’auteur•e les tue, leur vie continue dans l’infini immatériel des pages non écrites et des mots jamais posés. Et même s’ils meurent dans le récit d’ailleurs, ils continueront à vivre dans l’imaginaire des êtres de chair ayant partagé un peu de leur aventure.

Dans ces conditions, je trouve que concevoir une fin est un exercice difficile et presque factice. Imaginez que quelqu’un vous demande de rédiger votre autobiographie. Quel(s) épisode(s) de votre vie écririez-vous, pourquoi, et à quel moment arrêteriez-vous le récit ? (Certainement pas à votre mort puisque, a priori, si vous réalisez votre autobiographie, c’est que vous n’avez pas déjà les deux pieds dans la tombe.) Comment concevoir la fin d’une chose qui n’en a pas d’arrêtée à l’instant T ?

De surcroît, s’arrêter sur le choix d’une fin… c’est renoncer aux 10 autres idées de fin que j’avais, et à leurs 1001 conséquences intéressantes pour la suite du récit. Dur !

Et vous, arrivez-vous facilement à trouver les fins de vos histoires ?

Merci de m’avoir lu,

Chris

The end Chris Bellabas

💻 Vous appréciez mon travail ? Partagez, likez et commentez mes articles sur vos réseaux. Ce n’est pas forcément quelque chose auquel on pense en tant que lecteur•trice, mais ces gestes sont toujours appréciés par les blogueurs•ses / artistes, car ils nous aident à gagner en visibilité et saluent l’énergie et le temps que nous investissons dans nos contenus / créations.

Dans tous les cas, merci pour votre soutien 🌹 et @ bientôt quelque part.

 

 

Publicités

4 commentaires sur “Pensée du jour #4 : trouver une fin, une finalité ?

Ajouter un commentaire

  1. À mon tour de te dire que c’est un article que j’aurais pu écrire… Je suis totalement d’accord avec toi quant au thème de cette ‘fin’ et je me rends compte grâce à toi que c’est peut-être bien cela qui m’empêche d’avancer dans mes romans. Je suis incapable d’aller au bout de ceux-ci, je suis perpétuellement en train d’écrire de nouveaux débuts de récits alors que je n’en finis aucun, et c’est tellement frustrant… Mais tu as posé des mots sur ce qu’au fond je pense être mon problème également. Et pourtant, de s’imaginer que rien n’a de fin, c’est tellement beau. Se dire que concrètement parlant tout a une fin, mais qu’ au-delà, tout continue de vivre, tout continue de se produire…
    Bravo pour cet article magnifique !

    Aimé par 2 personnes

  2. Merci beaucoup pour ton passage et ton commentaire ! On dirait que nous n’avons pas fini de nous trouver des points communs 😉 J’ai longtemps été incapable aussi de finir un texte (et c’est très frustrant, en effet), heureusement, ma participation au NaNoWriMo m’a été bénéfique pour remédier à ça. Mais ce n’est pas pour autant que j’aime les fins que j’écris… Tout particulièrement dans l’art de la nouvelle où la chute est d’une importance vitale (enfin, cela dépend des auteur•e•s, les nouvelles de Dino Buzzati par exemple n’ont pas toutes de vraies fins surprenantes comme on l’attend normalement d’une nouvelle et pourtant, elles restent très chouettes).

    @ bientôt quelque part !

    Chris

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :