Ma collection de dinosaures Papo, Schleich, Safari, Collector, Rebor, Bullyland

Helloooooo toustes !

À l’heure où cet article paraît, je suis probablement en train de rendre visite à Trix, la Tyrannosaurus Rex qui s’est installée pour l’été à Paris, ou bien de déambuler au milieu des animatroniques aux gueules bardées de crocs de la cité du cinéma, ou encore installé dans une salle obscure pour mater le dernier Jurassic World. Car aujourd’hui, 19 juin, est une journée dédiée aux dinosaures !

Ne cherchez pas, nulle Journée des Dinosaures n’a encore été instituée dans nos calendriers (et c’est bien dommage, on a bien une journée mondiale sans pantalon [le 13 janvier] ou encore une journée de la marmotte [le 2 février]), mais cette date est celle de mon anniversaire, alors j’ai décidé de la passer en bonne compagnie. Comme je l’évoquais en vous parlant du livre Le Parc Jurassique de Michaël Chrichton, ma passion pour la beauté féroce de ces animaux d’un autre âge fête ses 20 ans ce mois ci ! Et puisque c’est mon anniversaire, je m’octroie un petit cadeau en vous écrivant cet article.

Laissez-moi vous présenter mes vieux compagnons, et pour les intéressé•e•s, vous filer quelques astuces pour démarrer une collection.

DSCN4934
Photo de famille, année 2018 – crédit : Chris Bellabas

20 ans plus tard, une collection allégée par un certain nombre de déménagements, mais toujours des dinosaures partout dans la maison et une passion restée sous le signe des trois iii (Intacte, Intense, Increvable)

Ma première confrontation avec un dinosaure, je m’en rappelle comme si elle s’était jouée la semaine dernière.

J’ai 6 ans, nous emménageons dans la maison familiale du Poitou et dans la chambre des enfants des anciens occupants, je remarque un drôle d’animal. Un petit machin marron, en plastique moche, avec trois cornes sur la tête et des espèces de bosses sur tout le corps censées, je pense, représenter une peau cuirassée. Je demande à ma mère ce que c’est. Elle me répond qu’il s’agit d’un dinosaure (plus précisément d’un tricératops – vraiment mal foutu le pauvre -, mais je ne l’apprendrais que plus tard à travers mes lectures). J’aime bien. Je lui dis que j’aimerais bien en (a)voir d’autres et… Vous connaissez la suite de l’histoire.

Cet épisode a suscité l’inusable passion dont toute personne me fréquentant, même de loin, entend forcément parler un jour ou l’autre. La collection ici présentée est donc une collection qui se construit depuis 20 ans, mais comme mon goût pour le minimalisme est passé par là (oui, j’ose faire cohabiter dans la même phrase minimalisme et collection, mais comme tout humain, je suis plein de paradoxes), j’ai fait un peu de tri en virant toutes les figurines qui faisaient trop jouets (genre ça) pour gagner de la place et du poids lors de mes déménagements répétés, et n’ai gardé que les plus belles pièces. (Quand vous collectionnez depuis un certain temps, vous finissez par avoir un certain niveau d’exigence.)

Hélas, j’ai à cette occasion commis une erreur impardonnable dans la vie d’un collectionneur : je me suis séparé de ma première pièce. Le tricératops moche, cette pauvre bête au physique ingrat par qui tout a commencé,  je m’en suis débarrassé. Mais il me reste encore un certain nombre de bestioles à vous présenter 😀

Je demande votre indulgence pour la piètre qualité des photographies. Rappelez-vous que vous avez affaire à l’as des photos floues, et le bois d’un buffet n’est certainement pas le biome dans lequel les dinosaures se sentent le plus à l’aise. Je rêve d’enfin poser mes valises quelque part pour leur aménager un espace dédié, où chacun sera mis en valeur.

En attendant ce jour béni, place à Christouille Park ! Je vous présente les figurines triées par régime alimentaire, par marque, puis par espèce. Cliquez sur les photos pour les agrandir et voir les légendes.

Présentation par régime alimentaire

Les herbivores

Ce n’est pas la « famille alimentaire » la plus représentée dans ma collection et c’est bien dommage, car la surpopulation côté carnivores finira par créer un déséquilibre dans l’écosystème de mon parc. Ce serait dommage de faire disparaître les dinosaures une seconde fois =( (message subliminal : offrez-moi des herbivores).

DSCN4945
Dinosaures herbivores Papo, Schleich, Safari. Crédit : Chris Bellabas.

Les carnivores

J’ai déjà pu vous le confier à quelques reprises, tout ce qui est féroce et doté de crocs a un charme fou à mes yeux. C’est pourquoi les carnivores, préhistoriques ou contemporains, me fascinent. J’ai une passion pour les mâchoires énormes capables de broyer les os, pour les griffes lacérant la chair et pour les morceaux de viande sanguinolents arrachés aux carcasses… D’aucuns diront que c’est un comble pour un végétarien, moi, je suis convaincu que c’est pour ça que je le suis devenu.

 

Présentation par marque

Collection dinosaures Schleich

Dans la collection Schleich, j’ai, de gauche à droite (espèce +( petit nom que j’ai donné à la figurine)) :

  • L’ankylosaure (Rousseau)
  • Le platéosaure (Pansy)
  • Le cératosaure (Crichton)
  • Le baryonyx (Hergé)
  • Le bébé apatosaure (Petit Pied)
  • Le corythosaure (Exupéry)
  • Le stégosaure (Colette)
  • L’apatosaure adulte (Rice)
  • L’allosaure (Buzzati)
  • Le brachiosaure (Hemingway)
  • Le tricératops (Rowling)
  • L’edmontosaure (Cho)
  • Le parasaurolphus (Utopia)
  • Le tyrannosaure manchot (Roxanne)
  • Le spinosaure (Spyro)

Mes premiers dinosaures, ceux qui ont partagé mes jeux d’enfant, sont aussi les moins travaillés en termes de détails, et pêchent parfois par leur infidélité aux représentations modernes des animaux, mais on ne peut pas leur en vouloir. Il y a 20 ans, Schleich était la meilleure marque de figurines de dinosaures sur le marché avec des modèles fidèles aux représentations paléontologiques de l’époque. Les progrès de la science ont bouleversé beaucoup de choses dans notre perception des dinosaures (il est d’ailleurs étonnant de voir combien celle-ci a pu évoluer en seulement 20 ans). De la vision de gros reptiles lourdauds, lents tant de corps que d’esprit, nous sommes passés à une représentation beaucoup plus dynamique de ces animaux en les découvrant définitivement plus proches du groupe des oiseaux.

Aujourd’hui, les scientifiques ne croient plus que les sauropodes étaient trop lourds pour pouvoir vivre sur la terre ferme, et plus aucun artiste ne songerait à leur prêter un mode de vie aquatique. Plus personne ne songerait non plus à dessiner les théropodes se tenant complètement à la verticale, en équilibre sur leur queue appuyée au sol. Cela fait sourire désormais, et le passionné en moi s’en réjouit, car cela signifie que nos connaissances sur ce monde disparu avancent, mais l’enfant est un peu attristé. Quand vous voyez ça, ou ça, ne trouvez-vous pas ces représentations old school tout à fait charmantes ? Franchement ? Moi j’adore, même si, comme mes vieilles figurines Schleich, la modernité les a complètement dépassées. Comme le squelette de l’allosaure de la galerie de paléontologie de Paris monté dans une posture erronée, elles sont les témoins des progrès et de l’histoire de la science.

Là où le bât blesse pour Schleich, c’est que la qualité de leur collection est allée en régressant. Quelques rares figurines sortent du lot parmi les nouveaux modèles, comme ce kentrosaure plutôt joli, mais voyez plutôt la tronche de leur brachiosaure ou de leur carnotaure. Pauvres bêtes. Les figurines sont grossières, mal taillées, moulées dans des postures parfois peu crédibles et font vraiment jouets.

C’est décevant de voir que même des figurines qui ont vingt ans d’âge, à commencer par les leurs, sont en tout point supérieures à leurs nouvelles création. À l’heure où les concurrents, comme Papo, conçoivent des dinosaures assez réalistes pour faire des modèles photos très convaincants dans des dioramas nature, Schleich ne devrait plus accepter de sortir des figurines aussi affreuses.

 

Collection dinosaures Safari

 

D’autres héros de mes jeux d’enfant. La star de ces derniers ? Poséidon, le kronosaurus, devenu mon prédateur préhistorique préféré depuis la diffusion en 1999 du superbe documentaire de la BBC : Sur la Terre des dinosaures.

Dans la collection Safari, j’ai, de gauche à droite :

  • Le tyrannosaure (Tarkan)
  • L’apatosaure (Denver)
  • L’iguanodon (Aladdar)
  • Le brachiosaure (Voronwë)
  • Le mamenchiosaure – le machin au très long cou et court sur pattes (Duras)
  • L’utharaptor (Charlie)
  • Le carcharodontosaurus (Sharco)
  • L’élasmosaure (Nessie)
  • L’allosaure (Bellatrix)
  • Le spinosaure (Velcro)
  • Le kronosaure (Poséidon)
  • Le platéosaure (Proust)
  • Le carnotaure (Khör)
  • Le diplodocus (Werber).

Safari fait partie des marques que j’estime. La plupart de leurs figurines sont fidèles aux animaux tels que décrits par la communauté scientifique, mais la qualité est très inégale.

Carnatoraure Safari
Carnotaure de la collection Safari. L’animal essaierait-il d’applaudir ? Source image : http://www.dinosaurcollectorsitea.com/CSafari.htmler

Je trouve leur brachiosaure et leur T-Rex magnifiques et bien réalisés (bon, pas sûr quand même qu’un animal bleu de cette taille soit très crédible dans la nature), mais  chez eux aussi, le carnotaure n’a pas été épargné. Et est-il bien nécessaire de parler de l’air benêt du diplodocus ? Et de la façon dont il tient son cou à la verticale comme un brachiosaure ? (une autre espèce donc).

 

Collection dinosaures Papo

Collection dinosaures Papo
Collection dinosaures Papo. Crédit : Chris Bellabas

Les derniers arrivés. Papo est selon moi l’une des meilleures marques existantes à ce jour. Vous le verrez dans quelques instants lorsque je vais présenter les modèles par espèce, mais Papo a souvent une longueur d’avance sur ses concurrents en termes d’esthétisme et de réalisme des figurines.

En papo, j’ai, de gauche à droite :

  • Le bébé pachycéphalosaure (Kurt)
  • Le cératosaure (Roba)
  • L’allosaure (Big Al)
  • Le vélociraptor bleu (Milonga)
  • Le dimetrodon (Dimitri)
  • Le dilophosaure (Seregon)
  • Le tricératops (Obama)
  • Le bébé spinosaure (Hegel)
  • L’apatosaure (Nothomb)
  • Le spinosaure adulte (Spinoza)
  • Le vélociraptor vert (Tango)
  • Le bébé tricératops (Cera)
  • Le parasaurolophus (Béquie)
  • Le T-rex bicolore courant (Calvino)
  • Le brachiosaure (Johnny)
  • Le baryonyx (Leon)
  • Le vélociratpor à plume (Echo)
  • Le T-Rex vert courant (Yourcenar)
  • Le carnotaure (Thorne)
  • Le T-Rex brun assis (Tauron)
  • Le vélociraptor léopard (Sarabande)
  • Le kentrosaurus (Pointu)

PS : un intrus s’est glissé dans la photo puisque l’une des figurines vient de la collection Collecta… Et comme par hasard, il s’agit de Spielberg, le tyrannosaurus penché rugissant. Petit malin qui a profité de la confusion générale qui régnait sur ce buffet pour venir sourire de toutes ses longues dents.

Les orphelins

Les figurines qui sont seules dans leur collection, ou dont la collection n’est pas identifiée.

Collection Rebor

  • L’acrocanthosaure (Chattam)
  • La victime de l’acrocanthosaure (figurant 1)

Deux pièces magnifiques, qui s’intègrent bien au reste de la collection. L’acro (gueule articulée) est livré avec sa proie décapitée (j’adore, mouahaha). Les deux dinosaures étant indépendants l’un de l’autre, on peut choisir de les exposer ensemble ou de créer d’autres scènes en donnant par exemple la proie à d’autres prédateurs.

Collection Jurassic Park

  • Pachycéphalosaure (Frère Toc)

Collection inconnue

  • Camarasaurus (Ary)
  • Styracosaure (Sarraute)

Collection Bullyland

  • Tyrannosaure (Voltaire)
  • Vélociraptor (Delta)

    T Rex collecta
    T-Rex collection Collecta.

Collection Collecta

  • Tyrannosaure (Spielberg), que je fais apparaître ci-contre, car je l’ai malencontreusement pris pour un membre du groupe Papo. Il s’agit de l’une des plus belles figurines de Collecta.

Présentation par espèces

Les Tyranosaurus rex (« Roi des lézards tyrans »)

Sans doute le plus célèbre des dinosaures grâce aux films de Spielberg qui l’ont fait entrer dans la légende comme le plus gros et le plus sanguinaire prédateur terrestre ayant jamais existé. Même s’il a depuis été détrôné par d’autres théropodes encore plus impressionnants, comme le carcharodontosaurus et le giganotosaurus, le tyrannosaurus reste dans les esprits comme LE Roi des dinosaures. (Je conseille à ce propos le livre de Jean Le Loeuff : Rex – Tyrannosaurus et les mondes perdus).

 

Avec toute cette brochette de Rex, le futur parc a intérêt à être ultra-sécurisé !

La T-Rex de la marque Schleich a beau dénoter au milieu des autres, je la trouve toujours aussi classe malgré son « bras » coupé (drame effroyable que le jour où j’ai vu la camarade à qui je l’avais prêtée la faire tomber sous mes yeux. Tous les adultes présents doivent encore s’en souvenir puisque nous avons ensuite passé une heure à chercher « la patte perdue »). Elle a ce petit côté rétro que j’adore qui lui permet de tenir la comparaison avec les autres, sinon, il faut bien avouer que du progrès a été fait dans la représentation de la star des dinosaures…

Les modèles Papo sont pourvus de mâchoires articulées (dont la dentition et l’intérieur de la gueule sont extrêmement bien réalisés) qui permettent de donner au prédateur une allure agressive ou attentive. On remarquera aussi la nette inspiration Jurassic Park pour le design et les coloris de ces dinosaures, et l’originalité de la pose du « T-Rex brun assis » (même bon point pour Collecta avec son T-Rex penché rugissant) dans une posture d’observation.

Je trouve excellente aussi l’idée d’avoir pensé à créer un bébé, même si je lui trouve une tête un peu nigaude. Cela permet de varier les scènes de dioramas, et nous rappelle que tout caïd que l’on est, on a tous•tes été jeunes et vulnérables un jour.

Le seul reproche que je ferai à Papo sur cette espèce concerne les pattes antérieures de leurs « T-Rex courant », un peu trop longues.

La meute de raptors : vélociraptors et utahraptor ( « voleurs rapides » et « voleur de l’Utah »)

Eux aussi ont profité du succès des films de Spielberg pour se bâtir une réputation de tueurs à l’intelligence frôlant le machiavélisme. Mais le réalisateur a largement exagéré la taille des vélociraptors qui faisaient en réalité la taille d’un poulet. Les dinosaures présentés dans le film sont plus proches des deinonychus, un dinosaure de la même famille, mais Spielberg trouvait que le nom de vélociraptor, raccourci en raptor, était plus percutant pour le public qui le retiendrait ainsi plus facilement (bien joué, M. Spielberg).

 

Hormis pour leur dernière création, un superbe vélociraptor à plumes en position d’attaque, Papo s’est là aussi clairement inspiré de la saga Jurassic Park pour le design de ses vélociraptors déclinés en trois coloris : vert, léopard et bleu. Tous ont les mâchoires articulées.

J’apprécie le choix de coloris, qui permet de se créer une meute aux identités visuelles différentes, mais j’aurais apprécié que la marque sorte d’autres raptors sur ce même modèle, moulés dans d’autres poses.

Le vélociraptor à plumes de Bullyland est un peu plus grossier que ses congénères de chez Papo, pas de mâchoires articulées, mais sa réalisation reste tout à fait correcte et j’apprécie sa posture agressive.

L’utahraptor de Safari est un modèle qui commence à avoir de l’âge puisque la marque l’a introduit dans sa collection en 1996, mais qui a étonnement plutôt bien vieilli. Pas de mâchoires articulées, mais une pose crédible (on l’imagine sans mal coupant la retraite à une proie ou faisant face à un autre membre de sa meute), des proportions et des couleurs convaincantes. (Même si le trait rouge sous les yeux fait un peu peinture de guerre sioux.)

Les Spinosaures (« Lézards épineux »)

Le seul dinosaure à ce jour ayant réussi à détrôner le T-Rex sur une affiche de la saga Jurassic Park et à lui mettre la pâtée, au grand dam des fans et des connaisseurs•ses. Même s’il était plus grand que le tyrannosaure, il est difficile de croire qu’un spinosaure ait pu venir à bout d’un individu adulte dans la force de l’âge. Spinosaurus était plus léger et son crâne beaucoup plus fin que celui de tyrannosaure qui n’aurait eu aucun mal à le broyer entre ses énormes mâchoires. Néanmoins, le combat dans JP III aura au moins eu le mérite de montrer au grand public que T-Rex n’était pas le prédateur ultime du règne des dinosaures.

La supériorité de Papo se confirme, tant en termes de poses des figurines que de couleurs et de détails (dents, griffes, peau…). Le spinosaure bleu de Schleich et celui de Safari sont désormais dépassés, rien de comparable au réalisme saisissant des spinosaures Papo qui s’intègrent parfaitement au décor d’une vraie rivière. On remarque encore une fois la nette inspiration Jurassic Park.

Les Allosaures (« reptiles étranges »)

Mon dinosaure préféré, et sans doute l’un des plus connus par les paléontologues. Allosaurus a été l’un des prédateurs les plus redoutés de son temps. Plus petit, mais plus agile que le T-Rex, il chassait en meute pour venir à bout de proies aussi imposantes que les immenses sauropodes avec qui il partageait son habitat.

Allosaurus est le dinosaure carnassier héros du film The Lost Word, adapté du roman de Conan Doyle.

Même si ma préférence va encore une fois à la figurine Papo pour le réalisme de sa pose et de son aspect (regardez moi ces griffes, ces dents, ces bosses osseuses au-dessus des yeux, la texture de la peau, ces épines le long de son échine…), j’apprécie les trois figurines qui illustrent plusieurs côtés de l’animal. L’allosaure marron Schleich est tendu dans une posture d’affût, l’allosaure vert et noir de Safari est dans une posture d’attaque, et enfin, l’allosaure Papo peut aussi bien être dans une posture de chasse que d’observation.

Les cératosaures (« reptiles à corne »)

Cératosaurus est nettement plus petit que son contemporain allosaurus, ce qui lui permettait d’occuper une autre niche écologique en chassant d’autres proies. Au vu de la rareté des squelettes retrouvés, les paléontologues pensent qu’il chassait seul.

La pose du cératosaure Schleich me fait mal quand je la vois aujourd’hui. On dirait qu’il a mal au ventre (tassé sous les assauts de crampes d’estomac ?). Vous allez finir par croire que cet article est sponsorisé par Papo, mais nous voilà encore une fois obligé•e•s d’admettre la qualité supérieure de leur figurine. J’adore l’apparence et la posture de leur cératosaure qu’on imagine plongeant sur une petite proie.

Les pachycéphalosaures (« reptiles à tête épaisse»)

Un dinosaure qui rappellera à quelques-uns d’entre vous un certain joueur de foot au sang chaud… Les pattes et le cou du pachycéphalosaurus de la marque Jurassic Park  sont articulées. Il peut ainsi donner des coups de boule aux prédateurs qui viendraient lui chercher noise.

Quant au pachycéphalosaure de Papo, j’ai été étonné d’apprendre qu’il s’agissait de la version juvénile de l’animal. Et comme cela fait à présent quelques années que je l’ai, la question finit par devenir préoccupante : mais où sont ses parents ? Ils sont bien cruels, chez Papo, pour livrer un petit orphelin aux caprices d’une Nature aussi hostile !

Les tricératops (« têtes à trois cornes »)

Une autre célébrité de la fameuse saga cinématographique… M. Spielberg a décidément du goût en matière de dinosaures.

Une fois n’est pas coutume, le bébé tricératops de Papo ne me convainc pas, mais sans que je sache déterminer pourquoi. Peut-être le problème vient-il de son mufle que je trouve trop trapu par rapport à celui de l’adulte (magnifique lui par contre).

Quant à la figurine Schleich, une fois n’est pas coutume non plus, je trouve qu’elle a très bien vieilli ! La pose de leur tricératops peut s’interpréter autant comme celle d’un animal qui charge que comme celle d’un animal broutant tranquillement la végétation basse.

Les carnotaures (« taureaux carnivores »)

Comme les raptors de Jurassic Park, l’antagoniste du film Dinosaur de Disney a été surdimensionné pour paraître plus effrayant, mais il n’en reste pas moins qu’avec ses 3 mètres de haut et ses 7 mètres de long,  je n’aimerais pas en croiser un spécimen lors d’une balade dominicale.

Vous savez déjà ce que je pense du carnotaure de Safari, je passe donc directement à la figurine Papo que je trouve, sans surprise, magnifique. J’adore tout : sa couleur, les détails de son apparence, sa pose (une poste de l’instant, d’attaque) ! Encore une figurine d’un réalisme impressionnant.

Tant mieux, car ce n’est plus la même chanson avec la figurine suivante.

Les baryonyx (« lourdes griffes »)

Un dinosaure pêcheur anglais, cousin des spinosauridés.

La figurine Schleich est bizarre. Je ne dirais rien sur les rayures bleues, puisqu’il semble que ce dinosaure passait énormément de temps dans les rivières où il pêchait, admettons que cela fasse partie d’une adaptation à son milieu pour être moins repérable. Mais d’où tient-il cette excroissance sur le museau ? Et où sont donc les « lourdes griffes » qui lui ont valu son nom ? Je ne suis pas convaincu non plus par sa posture quadrupède. Les pattes postérieures de ce dinosaure devraient être plus longues que les antérieures, or ce n’est pas du tout flagrant ici.

Hélas, la figurine Papo ne remonte pas vraiment le niveau. Dommage. Car on retrouve bien la gueule crocodilienne effilée et les terribles griffes typiques de l’espèce, mais… pourquoi cette pose étrange ? Pourquoi ces couleurs ? Pourquoi cette taille démesurée ? Même si les figurines Papo ne sont pas à l’échelle les unes par rapport aux autres, on a quand même un certain respect des proportions. Même si les vélociraptors sont beaucoup plus grands que ce qu’ils devraient, ils ne font pas la taille du T-Rex ! Là, entre sa taille et son corps baraqué, on a l’impression que baryonyx était un prédateur de la trempe du T-Rex ou du spinosaure, alors que ce n’est pas le cas.

Les parasaurolophus (« reptile à crêtes à cloisons parallèles »)

Les vieux joueurs de Ark Survival s’en rappellent sans doute comme de la monture la plus inutile de l’histoire du jeu vidéo…

Oui, le parasaurolophus Schleich est d’un vert bien vif, mais je plaide coupable… Je l’ai repeint quand j’avais 13 ans car il perdait ses couleurs (il était d’un vert plus clair avec des rayures noires), et il apparaît clairement que je ne ferai pas carrière dans la restauration de vieux jouets. Mais passons… 😀

On voit les 20 ans qui séparent les deux figurines juste en regardant leurs pattes antérieures. Celles du Schleich sont quand même vachement en angle droit et les doigts grossièrement moulés, mais comme pour le T-Rex de la marque, le côté rétro de la figurine lui confère un certain charme.

Les platéosaures (« Lézards plats »)

L’ancêtre des sauropodes géants (apatosaures, brachiosaures & cie) et l’un des plus anciens dinosaures connus.

Comme pour les allosaures, les deux figurines se complètent, l’une en illustrant l’animal dans sa posture bipède, l’autre l’illustrant dans sa posture quadrupède. On peut encore une fois regretter la couleur uniforme soutenue du Schleich, mais la pose dynamique est sympa.

Les apatosaurus (« lézards trompeurs »)

L’histoire de la découverte (ou des découvertes) paléontologique d’apatosaure est si riche en rebondissements que je ne peux tous les relater ici, je vous invite donc à lire la fiche du dinosaure sur le site dinonews.net.

Quatre beaux spécimens d’apatosaures dont on a du mal à croire qu’ils appartiennent au même troupeau, et pourtant !

La pose de l’apatosaure Safari semble bizarre, mais c’est parce qu’il est normalement accompagné d’un juvénile que je n’ai jamais trouvé, et je n’ai presque pas de regret en voyant la trombine qu’il se tape.

Le juvénile Schleich a une posture de la tête assez étrange aussi, mais je trouve l’adulte toujours aussi splendide malgré les années passées. Quant au Papo, la marque sort encore du lot par la qualité de sa figurine. Les plis de la peau et des muscles sont remarquables.

Les Brachiosaurus (« Lézards à bras »)

Le Schleich s’illustre encore par son côté rétro, mais je ne sais pas trop quoi en penser… Le Safari et le Papo sont tous les deux plus fins dans leur réalisation et j’aime énormément le dynamisme de leur pose. Les modélistes ont su faire transparaître la formidable puissance de l’animal en mouvement.

Les longs-cous

Ce n’est pas une espèce, mais les fans du film d’animation de Spielberg (eh oui, encore lui !), Le Petit Dinosaure et la Vallée des merveilles, comprendront la référence 😉 et c’est l’occasion de vous montrer un peu mieux le diplodocus de chez Safari.

Les reptiles volants et aquatiques

Attention, il ne s’agit pas de dinosaures, mais bien de reptiles ! Parler de dinosaures pour désigner l’une de ces espèces est un abus de langage.

Le dimétrodon Papo est si réaliste que plusieurs personnes venues me rendre visite ont sursauté en le découvrant tapi dans une plante ou perché sur un meuble. Elles m’ont avoué l’avoir pris pour un NAC et je dois reconnaître qu’il fait forte impression même avec un minimum de mise en scène.

En revanche, vous aurez remarqué que les petits dimétrodons qui l’accompagnent, ainsi que le ptéranodon, sont des bibelots qui ont profité du déballage dinosauresque pour venir se faire tirer le portrait. Les pauvres sont souvent dans l’ombre de leurs gigantesques voisins.

Le kronosaure et l’élasmosaure (le fameux monstre du Loch Ness) sont tous les deux des figurines de la collection Safari que je trouve bien exécutées.

 

Vous aimez les dinosaures et vous voudriez commencer une collection ? Les conseils de l’expert !

Où acheter ses figurines ?

Les figurines se trouvaient plus facilement en magasins il y a 20 ans, mais certaines enseignes continuent à en proposer. Hélas, elles n’ont pas toujours grand choix ni de marques ni de modèles, et il faut souvent se rabattre sur internet pour trouver certains spécimens. Mes dernières acquisitions, je les ai faites à La Fnac et Cultura, plus rarement dans des chaînes de magasins de jouets dont l’offre en figurines s’appauvrit au fil des années.

C’est dommage, car rien de tel que de voir une figurine de ses yeux pour en évaluer la qualité. Une photographie n’est pas toujours représentative de la réalité. Elle peut tromper sur la taille du dinosaure et sur sa « texture ». Combien de fois ai-je trouvé une figurine superbe en photo, pour finalement la trouver vraiment mal foutue lorsque je l’ai eue entre les mains ?

Cela dit, l’inverse est vrai aussi. Il m’est déjà arrivé de trouver une figurine moche en photo, et la trouver pas si mal en vrai. C’est parfois un peu de la loterie ! Mais il faut s’y faire, car le plus grand vivier à dinosaures reste Internet et ses sites marchands : c’est certainement eux qui vous offriront le plus de choix. Attention toutefois aux contrefaçons ! Je croise souvent des imitations, plus ou moins réussies, de la marque Papo lors de mes errances sur la toile. Le plus indiqué est donc d’acheter vos figurines directement sur les sites des marques (Papo, Schleich, Safari, Rebor, Collecta), mais comme cela représente un certain coût et qu’il serait dommage de se priver de ce plaisir parce qu’on a une petite bourse, vous pouvez aussi regarder sur des sites comme CDiscount ou sur les sites des grands distributeurs comme Auchan. Le dinosaure s’y monnaye parfois à des prix intéressants 😉

Ebay offre aussi des opportunités intéressantes si vous acceptez le dinosaure d’occasion.

À quels détails prêter attention sur les figurines ?

Tout dépend du collectionneur que vous êtes ! Personnellement, il m’importe beaucoup que les figurines soient les plus réalistes possible. J’élimine donc d’emblée toutes celles qui me semblent des hérésies scientifiques ou qui font trop jouets. Chez moi, les dinosaures sont des éléments d’ornement (maison ambiance jungle, rooOoOÔaaar !) destinés à être exposés. Cette passion étant peu assumée en décoration (chez un adulte, j’entends), j’essaye de me débrouiller pour que le tout ressemble à quelque chose. Que les gens, en entrant chez moi, n’aient pas l’impression de retrouver la chambre de leur enfant / petit frère / petite sœur en dimension XXL.

Une fois ce premier critère de réalisme passé, je commence un examen minutieux du spécimen au cours duquel je vérifie l’état général de la figurine, qui a parfois pu être abimée par de précédentes manipulations. Je porte une attention particulière à/aux :

  • La bonne tenue de la figurine dans sa posture. Exposer un dinosaure qui ne tient pas debout ne m’intéresse pas. Or, j’ai remarqué un défaut récurrent chez certains théropodes de chez Papo comme les T-Rex courant ou les spinosaures : leurs appuis au sol se déforment. Pas esthétiquement, rassurez-vous, cela ressemble toujours à des pattes, mais les mouvements du plastique finissent par empêcher les dinosaures de tenir debout. C’est d’un frustrant…
  • Parties articulées de la figurine. Gueules, pattes… Je les teste toutes, car il se peut que certaines soient grippées et cela me fâcherait de les casser à la première manipulation.
  • Bon état des « excroissances ». Tout ce qui est dents, pics, griffes, cornes peut potentiellement s’abîmer, voire se casser, lors de chutes (soit disant que non, mais tant que je suis à faire l’état des lieux, autant tout vérifier).
  • Défauts de peinture. Dernière vérification, la moins importante, mais si j’ai le choix entre plusieurs figurines d’un même modèle, je privilégierais évidemment celle la plus impeccable.

 

 

Merci d’avoir accepté de faire la connaissance de ma ménagerie préhistorique en lisant cet article !

Et vous, êtes-vous un collectionneur (de dinosaures ou d’autres choses) ? Si non, en avez-vous envie ? Si oui, depuis combien de temps ? Votre collection est-elle exposée ou rangée dans des cartons ?

@ bientôt quelque part ~

Chris

PS : Puisque ce sont les doyens (deuxième et troisième pièces) de ma collection dans l’ordre d’acquisition, je mets un coup de projecteur sur Spyro (Spinosaure Schleich, à gauche) et Frère Toc (Pachycéphalosaure de la collection Jurassic Park à droite) en leur laissant l’honneur de clôturer cet article !

~ En espérant avoir un petit nouveau à vous présenter bientôt.

 

 

MAJ du 24/06 : pour celleux qui souhaitent découvrir les figurines en « conditions naturelles », je vous invite sur mon profil Pinterest.

Publicités

8 commentaires sur “Ma collection de dinosaures Papo, Schleich, Safari, Collector, Rebor, Bullyland

Ajouter un commentaire

  1. Sympa ce tour d’horizon de ta collec, avec beaucoup d’humour 😉
    Bon, j’avoue que j’ai lu en diagonale certains paragraphes car je ne partage pas vraiment cette passion (ni pour les dinosaures ni pour la collection, le minimalismemania étant aussi en train de faire des ravages dans mes possessions), mais en tout cas ton enthousiasme reste très plaisant à lire 🙂

    Du coup pour le vélociraptor, j’imagine la scène de Jurassic Park avec les mêmes bêtes mais en taille poulet, c’est plutôt comique ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Le minimalisme fait des ravages partout depuis quelque temps (et je lui dis merci pour la planète :D), cela fait plaisir ! Même s’il me fait culpabiliser à chaque nouvelle acquisition de dinosaure… Et parfois même, cela me fait sentir la vanité des préoccupations humaines – en l’occurrence les miennes – et la futilité de l’existence, et cela me donnerait presque envie de tout arrêter et de reposer le dinosaure dans son rayon (ou comment philosopher en achetant des animaux en plastique).

      Merci pour avoir accepté de découvrir mes bestioles et pour ton commentaire !

      Chris

      PS : C’est vrai que les raptors taille réelle sont tout de suite moins badass. Si quelqu’un un jour souhaite faire un remixe de JP version comédie, il n’aurait finalement pas grand chose à changer !

      J'aime

  2. Mec, respect ! Superbe article sur ta collection !
    J’ai également énormément de figurines dans ce style chez mes parents (mon fils prend le relais mtnt ^^). Perso je ne portais pas beaucoup d’importance à la « collection » proprement dite, mais au plus j’avais de dinos, au plus je m’amusais. T’as quelques pièces de qualité (le Baryonix, mouah ! ❤ ). Par contre, je crois que tu as un diplodocus parmi tes apatosaures.
    J'avoue ne pas avoir lu entièrement l'article (surtout la partie collection qui m'intéressait moins) mais chapeau pour mettre en avant cette passion (c'est pas donné à tout le monde de mettre à nu ce que l'on aime) et d'avoir aussi bien détaillé ton article. Les liens vers des photos m'a rappelé aux bons souvenirs des films d'une autre époque, sorte de romantisme qu'on ne retrouve plus aujourd'hui ^^ Mais je suis également content des avancées qui sont faites en matière de connaissance des dinos pour mieux les connaître et les comprendre.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, John ! Certaines passions sont trop puissantes pour pouvoir être contenues, elles ont besoin de trouver un espace d’expression hors de l’esprit qui les nourrit. C’est alors un besoin vital et un plaisir immense de les partager 😉 Je remercie chaleureusement toutes les personnes qui m’ont écouté patiemment discourir sur mes précieux dinosaures durant toutes ces années. À 8 ans, je tenais de véritables conférences dans le salon familial devant famille et invité•e•s – les pauvres. C’est à se demander comment mes parents ont fait pour conserver leurs ami•e•s malgré mon côté relou xD

      Je n’étais pas dans l’esprit collection à l’époque, mais plutôt comme toi dans l’équation : « plus j’en ai, plus mes jeux sont variés ! » J’en avais d’ailleurs de sacrément moches, mais je n’étais pas regardant à l’époque. Tant que ça ressemblait, même vaguement, à un dinosaure, ça m’allait.

      Dommage qu’on ne se soit pas rencontrés enfants, tu aurais gagné ma sympathie d’entrée 😀 Ce doit être amusant de voir ton fils reprendre le flambeau et jouer avec ces mêmes figurines qui t’ont fait rêver.

      Si jamais un jour te vient l’envie d’en revendre quelques unes, pense à moi 😉

      Merci pour ton intérêt et pour ton commentaire !

      Chris

      PS : le « diplodocus » marron si c’est bien celui-ci que tu vises, est bien un apatosaure selon la présentation qu’en fait Papo. Je m’y suis laissé prendre aussi à cause de la finesse de sa morphologie. Cela dit, le débat reste ouvert. J’ai lu que dans la communauté scientifique fait rage une théorie selon laquelle diplodocus et apatosaure seraient en fait le dimorphisme sexuel de la même espèce. Apatosaure serait le mâle, car plus robuste et plus trapu, et diplodocus la femelle… Je ne suis pas du tout convaincu, mais comme on dit, qui vivra verra.

      J'aime

  3. Même si je ne partage pas cette passion, j’ai lu tout l’article, oui oui ! Je trouve toujours cela fascinant quand une telle passion trouve à s’exprimer. C’est communicatif.
    De mon côté, je collectionne les figurines Pop ! Je commence à en avoir un petit paquet. Je les mets sur mes étagères, un peu partout. C’est principalement l’univers Disney parce que j’en suis fana, mais j’élargis aux séries, aux films… Je n’ai pas vraiment d’autre collection (sauf si on considère qu’acheter plein de carnets et les laisser vide constitue une collection haha), mais une chose est sûre, le minimalisme ne m’a pas encore atteinte !
    Merci pour ton article !

    Aimé par 1 personne

    1. Whaôô ! Merci pour cette lecture complète :-p (sincèrement, parce que faut bien reconnaître que je vous ai servi une sacrée plâtrée).

      Ah ! les figurines Pop, question collection envahissante, je crois que tu fais fort xD il y en a pleiiiiiiin ! Rien qu’avec l’univers Disney, tu en as pour un moment. (Tes films / personnages préférés sont … ? ). Tu en as combien à ce jour ?

      Pas mal aussi le coup des carnets vides x) Mais comme c’est plat, ça n’a pas la même capacité d’envahissement de l’espace, et puis ça reste des objets possédant un potentiel utilitaire 😀

      Merci pour le temps que tu as consacré à lire cet article et pour ton commentaire !

      Chris

      J'aime

  4. J’ai bien aimé a nouveau découvrir toute cette collection qui a tant fait vibrer ton coeur !
    Je suis celle qui a passé des soirées a t’écouter parler de ces bêtes féroces, tu me surprenais a l’improviste clignant des yeux, un peu fatiguée, CAR TU NE COMPTAIS ¨PAS TON TEMPS pour apporter toutes précisions concernant la morphologie, le mode de vie, et tous ce qui pouvait étayer tes longs moments de cours sur ces espèces qui te passionnent toujours autant. Dans ta chambre, ton univers était féroce, les espèces régnaient sur le sol, ta créativité des événements dans leur monde occupait tes longues journées. A a ta façon tu réalisais des films tel que Speelberg ! Dans tes déménagements, ces dinos avaient la priorité de confort pour leur transport. Je me souviens de cette étagère ou ils régnaient en Maître! Et malgrè tout le chemin parcouru, ils restent pour toi une attache particulière ! Celle de l’enfant qui en grandissant, au delà des heures d’études, de travail de persévérance, désire transmettre sa passion qui demeure a tout jamais.
    Cette collection est unique car a elle seule, elle rassemble, ta passion et pour moi des souvenirs de bonheur, d’odeur de Nôel, et des instants de Vie !
    J’essaye de leur ressembler, pour être toujours dans ton Coeur !
    Un Dyno que tu connais bien.!

    Aimé par 1 personne

    1. Il me semble en effet reconnaître ce dinosaure, très discret jusqu’à présent, mais qui sort de sa réserve en voyant ses congénères ! Merci pour ce doux commentaire, qui se fait l’écho émouvant de souvenirs de vie partagés. Ah ! que le temps file… Mais tu vois, les gens ne changent jamais tout à fait, et les passions vraiment fortes demeurent.

      Merci pour ta lecture et ton commentaire, et @ bientôt quelque part, chère michelesaurus !

      Chris

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :